La médiation: essayer de se parler aujourd’hui pour que demain soit mieux qu’hier.

De façon générale, on a tendance à penser que la médiation est quelque chose qui fonctionne juste pour les gens qui s’entendent bien, qu’ultimement c’est fait pour ceux qui se séparent en se donnant une tape dans le dos.

Sans être tout à fait faux, je peux affirmer que la médiation est certes un bel outil pour ces couples qui se séparent de manière paisible, mais qu’il s’agit d’un outil d’autant plus pertinent pour ceux qui vivent des séparations agitées.

La réalité est à l’effet qu’il n’est pas aussi facile pour tous et chacun d’exprimer le fond de sa pensée clairement et calmement. Que ce soit par les caucus individuels ou par les discussions dirigées, le médiateur peut vous aider à partager vos perceptions, vos inquiétudes et à vous fixer des objectifs réalisables et adaptés à votre situation.

L’objectif premier en médiation est d’établir un canal de communication entre les parents, car nous savons à quel point il peut être difficile de concilier le rôle de parent et celui d’homme ou de femme qui doit redéfinir sa cellule familiale tout en vivant une déception, de la frustration, un sentiment de rejet ou de trahison. Le médiateur se place alors dans le rôle d’une personne neutre qui non seulement peut vous expliquer quels sont vos droits et obligations, mais qui peut aussi vous donner des outils pour vous exprimer.

Nous savons que les gens qui viennent nous voir vivent des moments difficiles et notre rôle est de les accompagner afin d’établir un plan de match pour la suite. Définir les balises d’une nouvelle cellule familiale se veut plus rassurant qu’on le pense, puisque ça permet de regarder vers le futur, plutôt que de s’en vouloir pour les erreurs du passé. Alors que les parents doivent concilier leurs intérêts et leurs émotions, le médiateur doit s’assurer que le résultat obtenu soit équitable mais aussi que l’intérêt de l’enfant soit respecté. Nous sommes en quelque sort la voix de l’enfant pendant ce processus.

Finalement, ce n’est pas parce qu’une séparation est la conséquence de graves difficultés de communication que c’est perdu d’avance pour les années à venir en tant que coparents. Il faut garder en tête que les objectifs sont différents. Avant, il est fort probable que le but derrière la communication était d’être aimé de l’autre et d’aller de l’avant dans une relation de couple fonctionnelle. Suite à la séparation, l’objectif sera de répondre au besoin de l’enfant en lui donnant, en bonus, l’image de parents qui ne sont plus ensemble mais qui savent se parler et se respecter. Si le but derrière la communication change, alors les résultats le peuvent aussi. Qu’en pensez-vous?

Pour en savoir plus sur ce sujet Contactez-moi

Me Josy-Anne Charette

Avocate et médiatrice familiale

LP Avocate inc

Comments are closed.